Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La sélection

Recherche Sur Le Blog

Gratuit aujourd'hui

19 juin 2006 1 19 /06 /juin /2006 05:33
Alors que les remplaçants du DVD tardent à envahir le marché, un remplaçant pointe déjà le bout de son nez. Avec un concept de stockage holographique assez révolutionnaire, qu'est ce que le HVD peut nous apporter? Et surtout quand?
[La limite actuelle des médias Blu-Ray et HD-DVD est respectivement de 100 et 90 Go, pour leurs versions les plus poussées. C'est déjà pas mal, mais pourquoi se contenter de telles limites? Les besoins en espace de stockage et d'archivage sont grandissants et la diffusion de vidéo à la qualité sans cesse améliorée exigera à l'avenir des médias de plus en plus gros. Plusieurs sociétés préparent donc cet avenir beaucoup plus proche qu'on ne le croit au sein du HVD Forum.

Mais qu'est ce que le HVD et en quoi va-t-il surpasser les solutions actuelles? C'est la question première à laquelle nous répondons dans cet article qui mélange à la fois la technique et l'anticipation. Le concept de stockage holographique proposé par le HVD nécessite quelques explications, notamment pour en esquisser les limites.

Le Téraoctect serait atteint en 2007!

Pour l'heure, sachez que la société Optware a déjà soumis à l'ECMA, un organisme indépendant régissant la standardisation des technologie de l'information, les spécifications d'une première mouture du disque HVD qui pourra accueillir 200 Go. Une fois ces spécifications approuvées, elles devront être soumises à l'ISO pour la standardisation finale d'ici décembre 2006. Une première commercialisation était prévue pour le mois de juin 2006 mais il semble qu'il faudra attendre encore plusieurs mois pour que cela devienne une réalité. Maxell espère de son coté atteindre le Téraoctet d'ici l'année prochaine et InPhase prévoit carrément le 1.6 To d'ici 2009…

Mais dans tous les cas, les premières utilisations du HVD concerneront uniquement le domaine industriel et militaire. Les coûts de productions sont en effet pour le moment trop élevés pour une diffusion commerciale. Celle-ci devrait pour autant voir le jour entre 2007 et 2009, en fonction des succès rencontrés, de la rationalisation des procédés de production et la possibilité éventuelle de créer des médias réinscriptibles, ce qui n'est pas faisable à l'heure actuelle.

Le HVD pour qui?

Les premiers à profiter du HVD seront les grosses entreprises qui ont des besoins énormes en stockage de données. C'est notamment les laboratoires pharmaceutiques et les compagnies pétrolières. Le milieu de la santé est également concerné pour le stockage des imageries à résonance magnétique. Une vidéo d'observation cardiaque en haute définition occupe en effet 3 Go par exemple. Enfin, le domaine militaire sera particulièrement attentif car les besoins en stockage d'images et de vidéos satellites sont énormes

 

 

 les disques HVD : Le stockage holographique - principe

Le stockage holographique, ou stockage en 3D, ne fait pas appel à la science fiction, il utilise des procédés déjà bien connus et maîtrisés. Le tour de force du HVD est de pouvoir utiliser ces procédés sur un disque de la taille d'un DVD afin de dépasser la limite imposés au médias actuels en "2D" par les effets super paramagnétiques. Ceux-ci interviennent du fait de l’augmentation de la densité qui oblige à avoir des "grains" magnétiques de plus en plus petits et de plus en plus proches, qui risquent d’interférer entre eux. Ils ne renseignent alors plus la bonne orientation magnétique, ce qui donne des données corrompues.

Avec le stockage holographique, les données ne sont plus inscrites sur une ou deux surfaces planes mais de façon volumétrique sur le média. Le principe utilise comme le DVD un laser mais qui va être scindé en deux parties. L'un, le faisceau de référence, est dirigé directement vers la surface du disque via un miroir. L'autre, le faisceau de données, traverse un modulateur spatial de lumière et les données vont être inscrite sur le média à l'endroit ou les deux faisceaux se rencontrent. L'astuce, c'est qu'en faisant varier l'orientation du faisceau de référence, on peut inscrire plusieurs couches de données sur un même endroit du disque. C'est le principe de l'holographie bi axiale.

Les disques HVD
La nature exacte du substrat utilisé pour la couche d'écriture reste pour l'instant un secret assez bien gardé par les acteurs du HVD Forum. Ce qui est certain, c'est que les premiers disques HVD auront une épaisseur de 3.5mm, contre 1.5mm pour les DVD actuels. De plus, la précision du stockage holographique implique que la couche d'écriture devra présenter des caractéristiques optiques absolument uniforme et une stabilité chimique absolue sur toute son épaisseur. C'est d'ailleurs ce qui induit un coût approximatif de 120$ par disque jusqu'en 2009. Pas vraiment de quoi envisager une utilisation grand public avec de tels tarifs.

Voici une coupe transversale d'un HVD afin d'illustrer les nombreuses couches présentes sur le disque:

1. Laser vert de lecture/écriture (532 nm)
2. Laser rouge de positionnement et d'adressage (650 nm)
3. Hologramme
4. Couche de polycarbonate
6. Couche de distance
7. Couche dichroïque Dichroic reflétant le laser vert
8. Couche réflective en aluminium (reflétant le laser rouge)
9. Base transparente
P. PIT

Voici enfin un tableau qui récapitule les capacités maximum et standard des différents types de médias qui sont actuellement disponibles, du CD au HVD. On voit que ce dernier apporte surtout une grande marge de manoeuvre en terme de capacité maximale avant de devoir passer à une nouvelle génération de média. La possibilité de multiplier par 8 la capacité standard se fera dans le temps mais promet théoriquemment une certaine pérennité au HVD.

img135/9268/tableauhvd26fk.jpg

Partager cet article

Published by gigi - dans MULTIMEDIA
commenter cet article

commentaires

jupiter 19/06/2006 17:24

et moi je pleure avec mon DD de 80 giga et ma mémoire de 1 giga et mon graveur de CD de 700 Mo, Ahlala